Lien Externe Les étudiants méritent-ils un logement digne ?
Les étudiants méritent-ils un logement digne ?

Les étudiants méritent-ils un logement digne ?

Des logements en nombre suffisant pour les étudiants c’est pour quand ?

Les étudiants méritent-ils un logement digne n’est pas une question provocatrice mais un véritable enjeu de société.

Le problème est de taille : il manque dans notre pays de l’ordre d’un million de logements dédiés aux étudiants. Entendez que l’offre spécialisée, celle des résidences publiques, gérées par les CROUS, et des résidences privées, répond, malgré leur bonne volonté, péniblement à un sixième de la demande nationale. Il faut aux jeunes trouver bien d’autres solutions. Cette réalité, qui a fait l’objet de plusieurs diagnostics de la part du parlement ou d’autres institutions, est désormais partagée. Il n’en est pas moins douloureux. La promesse avait été faite par le dernier gouvernement du quinquennat du Président Sarkozy de doubler le parc existant. Elle n’a pas été tenue…et la nouvelle majorité arrivée aux affaires s’est abstenue de la faire de nouveau. D’ou notre question : Les étudiants méritent-ils un logement digne ?

Voilà que certains, face à cette problématique et à sa conscience, viennent d’apporter une bien étrange réponse : les conteneurs.

On se rappelle que Lionel Jospin, alors ministre de l’Éducation nationale, avait fait descendre les professeurs dans la rue en parlant du « stock des enseignants« , là où le mot juste eût été celui, plus respectueux, de vivier. Ce n’était pourtant rien à côté de cette choquante conception qui assimile les étudiants à de la marchandise. Il ne saurait être question ici de porter un regard désobligeant sur la grande entreprise de construction qui a remporté l’appel d’offres lancé par plusieurs Centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (CROUS): avec compétence, au prix de l’innovation, cette entreprise s’est remarquablement coulée dans le cahier des charges, notamment en recourant largement au bois. Il a su aussi raccourcir les délais de production des deux tiers. Au bout du compte, sur cinq sites universitaires d’importance, près de 800 logements seront ainsi produits entre la rentrée 2015 et la rentrée 2016, et nos étudiants habiteront de belles caisses reconditionnées pour eux.

Au-delà de cette expérimentation, l’organisme national qui fédère les CROUS table sur 40000 logements étudiants construits, dont une part importante de cette sorte, à l’horizon 2017. Comment apprécier ce qui se passe? Est-ce cela la réponse à la demande d’ un logement digne ?

De deux façons. Incontestablement, il vaut mieux agir que ne rien faire.

Mais enfin, nos étudiants, dans un pays qui peut être fier d’avoir désigné à la vindicte le logement indécent et de n’avoir cessé depuis cinquante ans de rehausser les conditions de vie des ménages, ne méritent-ils pas mieux que des conteneurs? Si c’est une politique d’urgence, cela ne doit en aucun cas devenir une politique publique.

Au demeurant, ce gouvernement  n’est pas plus responsables que leurs prédécesseurs. Il est malheureusement contraint de réagir face à l’urgence et à la situation économique du pays.

Auparavant, Madame Pécresse avait elle-même donné son onction en 2009 à la transformation en logements pour les étudiants de conteneurs industriels conçus pour le transport de marchandises sur les cargos havrais… La tentation de l’approximation a la vie dure et elle touche tous les bords politiques.

Il n’est que temps en tout cas de considérer que les étudiants français ou les étrangers qui choisissent la France pour y étudier sont dignes de logements à part entière. Les parker dans des conteneurs, d’ailleurs à grands frais, et les abstraire de l’offre normale n’est pas une solution dont on doit se contenter.

Déposez un commentaire

connectez vous - Par sécurité, vous devez être connecté pour donner votre avis.