Lien Externe Le film Particulier à Particulier au secours des étudiants

Le film Particulier à Particulier au secours des étudiants

« Paris est un véritable océan. Jetez-y la sonde, vous n’en connaîtrez jamais la profondeur ».
C’est sur cette citation d’Honoré de Balzac que commence le film Particulier à Particulier.

Ce premier film Particulier à Particulier, cinema d’auteur, réalisé par George Varsimashvili, s’adresse aux jeunes et aux moins jeunes, futurs ou anciens étudiants, avertis ou non sur les problèmes du logement étudiant dans la capitale. On rit dans ce film émouvant, ultra réaliste, aux accents de documentaire à la « Strip-tease ».

Là où le romancier du réalisme décrit comme nul autre dans Le Père Goriot la pension décatie de la Maison Vauquer, où Eugène de Rastignac, l’étudiant en droit côtoie des personnages hauts en couleur ; dans cette comédie dramatique, c’est Constance, étudiante en Arts Plastiques fraîchement débarquée d’Angoulême, qui va apprendre à ses dépens la réalité de la vie parisienne. A travers ses déboires dans la recherche du Saint Graal, la jeune provinciale tente de déjouer les pièges, de surmonter ses espoirs déçus et d’éviter des personnages parisiens… parfois surréalistes !

Le film Particulier à Particulier au secours du mal-logement étudiant

« Location appartement Paris » : tels sont les premiers mots tapés dans le moteur de recherche Internet par la jeune fille, qui « rêve » de vivre à Paris, tout juste après avoir été admise à la Sorbonne. Làs ! L’insondabilité du marché parisien tracera sur sa route tous les pièges et arnaques – trop – bien connus des étudiants. Tout y passe : réseau internet défaillant, appartements-placards sans toilettes accessibles ni fenêtres, arnaques des listes payantes désuètes des agences, faux « bons » plans de camarades, douche intégrée dans des WC turcs insalubres ( !), antiracisme en filigrane…
« Sur les 200 étudiants de ma promotion, 197 jeunes qui venaient de province ont connu ces problèmes, or, il n’existait aucun film traitant du sujet », indique G. Varsimashvili. Un film tiré du vécu, qui aide les étudiants : a minima dans le fait de se sentir moins seuls ! « J’ai même vu à Saint-Michel un appartement d’un ami de 6 m2, avec un lit encastré sous la table, précise –t-il. »

Le premier long-métrage d’un réalisateur cosmopolite

Tour à tour réalisateur-metteur en scène, compositeur, musicien et magicien durant ses jeunes années, ce Franco-Georgien dans l’âme, multi casquette de 29 ans possède plus d’un tour dans son sac. Guitariste de la musique du film, Chanson d’Abandon, qu’il a composée, ce jeune diplômé de l’ESRA et de Paris 8 avec un Master 2 en audiovisuel projette de tourner d’autres films sur le milieu étudiant, dans d’autres villes de France. A suivre !

 

Sujets récents

thumbnail

Etudiants et logements : ce que...

Bientôt vous voterez, 1 500 000 de vos enfants eux, se préparent au parcours du combattant afin de pouvoir poursuivre leurs études et t...

  • Auteur : Log-etudiant
thumbnail

Stop à l’échec des étudiants face...

Jeunes étudiants ou non SDF la dernière étude de l’Insee date de 2012 pourquoi est-ce que cela n’intéresse personne où nous avons h...

  • Auteur : Log-etudiant
thumbnail

Gérer son budget étudiant

Gérer son budget étudiant : Aides financières, allocations logement, charges de loyer, petits boulots, pas toujours facile de jongler ave...

  • Auteur : Log-etudiant

Déposez un commentaire

connectez vous - Par sécurité, vous devez être connecté pour donner votre avis.